Athlétisme

Gobi March 2019 pour une école en Ouganda !

par Pierre DELALEAU

Désert de Gobi
Actualité N° 7 Postée le 10 août 2019

J+7 Récit de l'aventure

J+7 Récit de l'aventure

Quelle aventure !!
Il y a une semaine, je franchissais la ligne d’arrivée de Gobi March 2019 à la 12ème place au général. Superbe réussite ! Merci pour votre soutien qui a permis de rendre l’impossible possible.

Quelques photos de la course:

Je n’ai pas pu poster de messages durant la course mais je vous propose un résumé de chaque étape dans cet article:

Samedi 27 juillet 2019 : La course approche et la pression monte. Je me relance dans une course multi étapes, 2 ans après celle effectuée en Afrique du Sud. Ce type d’épreuve nécessite un investissement personnel non négligeable et modifie pendant quelques mois sa routine. Il s’agit de se préparer physiquement pour ne pas souffrir lors du jour J et d’être prêt au niveau de la logistique (sac, papier administratif tel que visa, etc…). Depuis environ 4 mois, je passe donc quasiment toutes mes journées à courir tout en faisant attention de ne pas me blesser et ne pas être trop fatigué. J’ai réalisé mon visa pour la Mongolie et j’ai rempli tous les papiers nécessaires à la participation à la course. Alors me voilà, maintenant à quelques heures du départ, je suis bien arrivé à Oulan-Bator et la course va commencer dans 24 heures.

La première étape consiste à passer devant le staff pour montrer son équipement et tout le matériel obligatoire : doudoune, duvet, kit pour les soins des pieds, frontales, alimentation pour la semaine, crème solaire (très important pour ma part), papier toilette (également très important)…

Tout ceci doit tenir dans un sac. Je déballe donc mon sac pour le contrôle et suite à l’inspection, il manque un rouleau d’élasto.. hic.. Je dois me précipiter au centre ville pour en acheter. Il est 10 h et le retrait des dossards se termine à 12 h. Je cours au centre commercial le plus proche et je parviens à trouver le rouleau d’élasto. Je rentre à l‘hôtel pour montrer que j’ai bien tout l’équipement requis et j’obtiens le fameux dossard 28 à 11h. C’est bon, la course va pouvoir débuter.

Il est 12h45 et tous les participants (nous sommes 100) prennent place à bord des bus, direction Camp 1. Il faut compter 5 heures de route. A 18h, nous arrivons dans le camp 1 et nous nous installons dans nos tentes respectives. Je suis dans la tente 1 « Dariganga » avec un russe, une anglaise et 3 coréens. Pour l’accueil, nous avons le droit à des représentations des locaux avec danses et musiques. Cela nous met dans l’ambiance de la Mongolie. Très sympa !

Premier repas au camp et c’est l’heure d’aller dormir.

Dimanche 28 juillet 2019 : Il est 5 heures du matin. J’entends les premiers coureurs se lever et prendre le petit déjeuner. Je reste un peu dans le duvet avant de me décider de me lever. Je sors le sachet de crumble Banane-Pomme lyophilisé. Je vais avoir droit à cela tous les matins pendant une semaine, humm un régal !! Une fois le petit dej fini, je me brosse les dents et je prépare le sac : plier le matelas gonflable (un peu de confort quand même), le duvet. J’enfile la tenue de course. Il ne fait pas chaud, je conserve donc l’imperméable avant le départ. La température m’a un peu surpris puisque je m’attendais à être en simple T-shirt mais je comprends mieux l’exigence de l’organisation d’apporter une doudoune et un imperméable.  Il faudra le transporter pendant toute la course mais étant donné les températures, ce n’est pas du luxe. Il est déjà 7h30 et le premier débriefe de l’étape a lieu : description du terrain, position des check points où on peut se ravitailler en eau et heures limites de passage sont fournis par un des membres de l’organisation via un microphone. Le départ est à 8h, tous les participants se réunissent sur la ligne de départ. 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1, c’est parti pour 250 kms.

La première étape fait 36 kms et 800 m de dénivelé. La première partie est assez plate et roulante. Je me positionne dans la première partie et rejoins un petit groupe qui a un rythme me convenant. C’est l’occasion de voir les steppes de Mongolie où je vais passer pas mal de temps et de me familiariser avec mes futurs compagnons de course.

Une des premières difficultés arrive, il s’agit d’une montée de 300 m. De loin, cela paraît plat mais ça grimpe bien ! La route est longue. Il faut donc conserver de l’énergie pour la suite de la course. Certains concurrents me rattrapent et me dépassent. Une fois l’ascension réalisée, il y a une superbe vue en haut de la colline sur les steppes. Magnifique ! Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant redescendre de l’autre côté de la colline. Un ravitaillement nous attend. Je récupère de l’eau et repars en courant. La fatigue arrive déjà car le sac est relativement lourd (environ 11 kgs) et les kilomètres s’accumulent. Il reste 5 à 6 kms et je vois le camp 2. C’est assez cruel car je le discerne clairement mais il est tout de même loin… très loin … très très loin. Je finis en marchant et parvient à boucler la première étape en 4h30 et en 14ème position. C’est donc une très bonne première journée. Il est 12h30: place à la récupération. Je mange mon plat lyophilisé du jour et je vais faire une sieste. Il est 18h, place au repas du soir, brossage de dents et direction le duvet.

Lundi 29 juillet 2019 : 5h du mat, premiers bruits et réveil en douceur. Il fait froid et il est possible qu’il pleuve un peu aujourd’hui. Au programme du jour, une étape de 45 kilomètres avec un peu plus de 1000 mètres dénivelé positif. Nous sommes au milieu des steppes avec quasiment aucune habitation en visuel, peut être quelques yourtes à quelques kilomètres. Nous allons croiser les nomades durant l’étape qui sont à cheval, en mobylette ou à pied. Il est 8 h et c’est parti pour la deuxième journée. Je retrouve en partie mes compagnons d’hier. Nous passons à côté de moulin à prières, objet cultuel utilisé par les bouddhistes pour prier. Petite traversée d’une rivière qui nous remplit tout de même les chaussures d’eau et on attaque les montées. Il y a 3 ravitaillements aujourd’hui. Entre les ravitaillements, cela monte et descend. Après le 2nd ravitaillement, je croise le vainqueur de l’étape d’hier qui est blessé. La course commence déjà à avoir ses premiers abandons. Je peux discerner le 3ème ravitaillement maintenant au loin mais cela paraît tellement loin. Il faut prendre son mal en patience et au bout de plusieurs minutes, j’atteins le ravitaillement. J’y suis très bien accueilli par le staff qui me redonne de l’énergie. Et il en faut car cela repars avec une nouvelle montée. Je m’accroche mais à 5 kilomètres de l’arrivée, je décide de marcher pour me préserver et ne pas arriver usé au Camp 3. Plusieurs concurrents me dépassent et je finis l’étape en 6h17 à la 19ème place. C’est pas mal même si j’ai perdu quelques places puisque je me retrouve 18ème au classement général. Le Camp 3 est sympa puisqu’il s’agit de yourtes. Pas de tente ce soir, nous allons dormir sur un sol parfaitement plat et au chaud !

Il est 14h30 : je me suis changé pour faire sécher les affaires de course. J’ai finalement échappé à la pluie mais les températures restent très fraîches. Ce qui me surprend toujours autant !

C’est l’heure de la récupération : repas du midi, sieste, repas du soir, brossage de dents et dodo. Cela devient un rituel. C’est un résumé assez succinct de l’après midi puisqu’il y a d’autres activités et notamment on discute pas mal avec les autres coureurs sur son ressenti de la course, ses expériences en course à pied et ce que l’on va manger. Etant donné la difficulté de l’épreuve, les coureurs sont très solidaires entre eux, quelque soit son origine ou ses croyances.

Mardi 30 juillet 2019 : Pour changer, il est … 5h et les premiers levés sont debout ! Je prépare le petit déjeuner, je mange, j’enfile ma tenue, je range tout dans le sac et je suis prêt pour la 3ème étape. Nous allons sortir des steppes pour attaquer les dunes. Ce sera 40 kilomètres et 700 mètres de dénivelé positif. Un peu moins dur qu’hier… sur le papier car il y a tout de même 7 kilomètres dans les dunes. L’étape commence par une montée sur une colline rocheuse. Très sympa ! Evidemment, on n’avance pas vite mais c’est technique et change un peu des steppes. On passe par un monastère déserté et on attaque une partie plate et finalement assez ennuyeuse mais on peut voir les dunes au loin. Après quelques kilomètres et le passage par un ravitaillement, ça y est, c’est les dunes. C’est parti pour 7 kilomètres à marcher dans le sable. Cela paraît une éternité ! Et les températures commencent à monter. Nous sommes dans l’obligation de porter 2,5 litres d’eau. Et cela se boit très vite. Un photographe au milieu des dunes ! Le ravitaillement ne doit plus être très loin. Malgré la fatigue, et pour la postérité, je souris au photographe. Tout va bien évidemment !
Une descente et c’est le ravitaillement. A nouveau, j’y suis très bien accueilli. Merci les volontaires qui nous motivent et soutiennent à chaque ravitaillement. Ce sont des bénévoles  qui permettent le bon fonctionnement de la course et qui effectuent le travail de l’ombre.
Je vide mes chaussures du sable que j’ai pu accumuler lors du passage dans les dunes, et c’est reparti. Il reste 10 kilomètres, c’est plat et j’ai retrouvé du jus. Je cours et remonte quelques concurrents avant d’atteindre le Camp 4 au bout de 6h10 de course et une très belle 16ème place. Je suis donc maintenant 17ème au classement général, en forme et prêt pour la longue étape. Et oui, demain, l’étape est certainement la plus dure puisqu’elle fait 76 kilomètres. On la surnomme « Long March ». Mon entraînement est essentiellement basé sur l’endurance qui doit me permettre de bien finir l’étape de demain. J’espère que ce sera le cas. En tout cas, tous les voyants sont verts !

Il est 14h30 et même rituel qu’hier. Le sac commence à être moins lourd. Ca fait plaisir !

Mercredi 31 juillet 2019 : C’est le grand jour ou plutôt le long jour ! Nous avons déjà effectué 121 kilomètres depuis le début de la course, soit presque la moitié du parcours et nous nous attaquons aujourd’hui à la longue étape. Demain, nous aurons le droit à une journée de repos si tout se passe bien. Pour le petit déjeuner, je change de stratégie car je n’arrive plus à manger le fameux crumble Banane Pomme. Je décide de prendre le repas du midi. Ce sera donc un petit déjeuner à la purée d’aligot ! Cela me permettra d’avoir plein de calories dès le matin. Un peu dur à digérer lors de la première heure de course, je dois l’avouer mais cela me permettra de bien tenir durant l’étape. Le départ se fait à 8h pour tout le monde. Si je gère bien, je pourrai arriver avant la nuit et je n’aurai pas à utiliser la frontale. Il y 6 ravitaillements au programme. On commence par le passage d’une rivière, toujours sympa d’avoir les pieds trempés pour commencer ! Je décide de démarrer doucement. Les coureurs devant moi s’éloignent du coup assez rapidement. Une belle montée avant le premier ravitaillement. Aujourd’hui, ce sera 1150 mètres de dénivelé positif. J’enchaîne les kilomètres sur ce terrain de verdure à perte de vue sans quasiment aucune habitation. Je cours tout seul depuis quelques heures. J’atteins le ravitaillement 3 où les volontaires offrent un coca. Cela donne un coup de reboost. Direction CP4 (Ravitaillement 4). Le prochain ravitaillement est particulier car il y aura de l’eau chaude et il se trouve dans un village au milieu des steppes. On peut y dormir aussi. La barrière horaire à ce CP est minuit. Je continue à courir sans être trop fatigué et les kilomètres s’enchainent bien. J’en suis déjà au kilomètre 45 et j’aperçois un coureur au loin que je rattrape après 3 kilomètres de course. Il s’agit de mon « tent mate », Radmir. Il commence à fatiguer. Nous continuons ensemble jusqu’au CP4. Au ravitaillement, je me pose pour boire une soupe, me mettre la crème solaire et me recharger en eau. Le soleil commence à être bien présent et les températures ont nettement augmenté. Fini la doudoune et l’imperméable !

Il est 14h40 : je repars tout seul et c’est parti pour les 25 derniers kilomètres. Ca commence à être un peu plus difficile notamment avec la fatigue cumulé (déjà 6h40 de course) et la température plus élevée. Il reste 2 ravitaillements avant le campement. J’essaie de courir dès que je peux mais je ne peux plus beaucoup courir : jambes lourdes, quelques douleurs au pied. Ca monte et ca descend ! Je passe au milieu de troupeau de chèvres, de chevaux ou de taureaux. Je ne fais pas le malin et je marche sur des œufs quand je passe à côté d’eux. Je peux voir aussi quelques mulots, trop mignons ou écureuils et pas mal de criquets ou sauterelles. Je passe au ravitaillement CP5 à 16h et au CP6 à 17h. L’étape paraît sans fin. Je commence vraiment à fatiguer et il fait chaud. Je continue à marcher sans jamais m’arrêter et enfin, je vois le campement. Il est 18h30, cela fait 10h30 de course et quel plaisir de voir la ligne d’arrivée de cette étape. C’est bon, je l’ai fait ! Nous en sommes désormais à presque 200 kilomètres depuis le début de la course. Le plus dur est fait !
La journée de repos de demain est méritée. A l’arrivée, on m’annonce que je finis à la 10ème position de l’étape. Quelle surprise et quelle joie ! Je suis tout de même bien fatigué. Je vais manger un petit truc, me changer car mes affaires sont trempées et je vais partir dormir.

Jeudi 1er août 2019 : Journée de repos. C’est l’heure de laver les affaires et de se refaire une beauté. Il y a une rivière juste à côté du campement où nous pouvons nettoyer nos affaires de courses et prendre un bain. L’eau est fraîche, cela fait du bien aux jambes. Tout le monde est arrivé à bon port, les derniers coureurs sont arrivés dans la matinée. On peut voir les sourires de tous les coureurs satisfaits d’avoir atteint l’arrivée de cette étape. Il fait beau, on peut profiter du soleil et se reposer, discuter, rigoler et se détendre. On soigne aussi les bobos et ampoules.

Vendredi 2 août 2019 : Reprise de la course. Cette étape est toujours difficile car il s’agit tout de même de 42 kilomètres avec 720 de dénivelé positif et la fatigue cumulée aux blessures nous poussent  à nous surpasser pour atteindre l’arrivée. A ce stade, la motivation et l’envie d’aller au bout  nous donnent des ailes et nous fait oublier, en partie, les douleurs que l’on peut ressentir.

Au classement général, je suis passé à la 11ème place. C’est la dernière étape où le classement général peut évoluer. Je démarre donc cette étape avec un rythme élevé. Je suis dans les traces des premiers coureurs. Cela va vite !  Je passe le premier ravitaillement à moins de 5 minutes du premier. Les jambes suivent bien et je me sens bien en forme. On passe quelques rivières, parfois à l’aide d’une corde car il y a beaucoup de courant. On croise des nomades et troupeaux d’animaux. Le 2nd ravitaillement arrive. Je suis bien placé car je suis 8ème mais j’ai dû mal à relancer les jambes. La chaleur est bien présente et je commence à fatiguer. Nous rentrons dans une forêt avec une montée de 300 mètres. Je n’arrive plus à courir et certains concurrents me dépassent. Je suis peut être parti trop vite ! C’est pas grave, je m’accroche, passe la montée, sors de la forêt pour atteindre le CP3. Il reste 8 kilomètres avant la fin de l’étape. Je suis fatigué mais j’arrive à courir. Je vois le campement. Super ! Il faut traverser une dernière rivière avec une corde mais l’euphorie fait que je ne sens plus mes douleurs et la joie de finir cette étape est décuplée.

Je finis finalement à la 12ème place après 5h de course à ½ heure du vainqueur de l’étape et je suis … 12 ème au classement général. Quelle performance ! Il ne reste plus que 10 kilomètres demain et j’aurais accompli « Gobi March » ! Incroyable ! Après tous ces mois de préparation, quel accomplissement.

Il est donc 13h, j’ai mal un peu partout : aux épaules, à force de porter le sac depuis le début de la course, aux pieds, j’ai une belle ampoule et au mollet, j’ai une contracture musculaire. Mais pour le moment, je ne sens que la joie d’avoir passé la ligne d’arrivée de cette étape. Je vais récupérer pendant l’après midi.

Le campement est proche d’une rivière dans la vallée Orkhon Valley, site classé à l’UNESCO. On est entouré de collines verdoyantes et d’une petite forêt. Je m’assois près de la rivière pour contempler le paysage et profiter de ce moment de repos.

Samedi 3 août 2019 : Pour cette dernière étape, les habitudes sont un peu changées. Le départ se fait à 7h et non 8h ! En effet, pour rentrer à la capitale Oulan Bator, il faut 7 heures de route et la remise des prix se fait le soir à partir de 20h. L’organisation souhaite donc que les bus démarrent à 10h au plus tard.

Il reste 9 kms avant la ligne d’arrivée finale ! Autant dire que le changement d’heure de départ n’a aucun impact sur les coureurs. Tout le monde veut franchir cette ligne. Alors le départ peut être 7h ou 8h, ou 5h du mat, je pense que cela conviendrait à tout le monde ! D’ailleurs, tous les participants sont debout à l’aurore. Le sac est léger, les jambes lourdes mais nous sommes tous prêts à en découdre pour ces quelques dernières minutes. Avant le départ, il faut encore traverser une rivière. Il est 7h10 et tout le monde entonne le décompte. Le départ est très rapide et beaucoup se sentent poussés des ailes. Après 43 minutes, je passe la ligne et reçois la médaille « Gobi March 2019 » dans le monastère d’ Erdene Zuu à Karakorum.

C’est toujours difficile de décrire les sensations que l’on a après ce genre d’épreuve mais les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont : joie, satisfaction, fortes émotions, et bien sûr un grand merci à l’organisation, les volontaires, les coureurs et toutes les personnes qui nous soutiennent de près ou de loin par des petits gestes ou messages qui nous permettent de nous surpasser et d’y croire. Alors MERCI !!

Il est 8 h, la course est terminée pour ma part. Je pars chercher la bière et les morceaux de pizza pour le dernier ravitaillement de la course. A 10h, tous les participants sont dans les bus comme prévu pour le retour à Oulan Bator, avec un sourire jusqu’aux oreilles. Nous quittons les steppes, les dunes, la forêt, les yourtes et nomades, les troupeaux de chèvres, chevaux et taureaux de Mongolie, sans toutefois l’oublier et en y laissant nos traces de pas à tout jamais.

 

 

Actualité N° 6 Postée le 25 juillet 2019

J-3 Arrivée à Ulaanbaatar

J-3 Arrivée à Ulaanbaatar

Bonjour,

Cela fait un moment que je n’ai pas donné de nouvelles. J’ai été pas mal pris par la préparation et le voyage. Mais je suis bien arrivé à Ulaanbaatar pour le départ de la course prévu ce dimanche. Vous pourrez suivre et m’envoyer des messages de soutien sur:

http://www.racingtheplanet.com/gobimarch

J’ai le dossard 28 et je serai dans la tente 1.

J’ai hâte que la course démarre et j’espère que vous prendrez du plaisir à me suivre. Je prends le relais du tour de France.

A bientôt, 

Pierre

Actualité N° 5 Postée le 07 juillet 2019

J-21 Le projet Fosburit est un succès !!

🏆On l’a fait !

Bravo, merci à vous de votre soutien et de votre mobilisation. Grâce à vous la première étape du projet est aujourd’hui un succès !

Dans 20 jours, la course va commencer et j’espère que les heures d’entrainement me permettront d’atteindre l’objectif de Gobi March 2019.

Pour me suivre, allez sur: 
https://www.racingtheplanet.com/gobimarch/live
Et m’envoyer des message via le lien : « send an email » pour me soutenir !! Mon numéro de dossard est le 28.

Actualité N° 4 Postée le 30 juin 2019

J-3 Projet Fosburit et J-28 Début de la course

Bravo, merci à vous de votre soutien, de vos encouragements, de votre mobilisation… Bref merci à vous ! Grâce à vous mon projet est en route vers le succès ! Nous en sommes déjà à 89%.
 
La campagne continue , il reste 3 jours !
 
N’hésitez pas à diffuser le lien : 
 
Le projet est à l’honneur sur le site de Fosburit. Il y a un sondage pour élire le meilleur projet du mois et « Gobi March 2019 pour une école en Ouganda » est en lice. A vos clics !!
 
Sinon côté entrainement, je maintiens le rythme malgré la canicule de cette semaine. Je dirai même qu’elle est tombée à pic 🙂 J’ai pu courir dans des conditions similaires à celle du désert. Ce fût rude mais j’ai pu faire 100 kms la semaine dernière et 120 kms cette semaine. 

Je vous souhaite un bon dimanche et n’oubliez pas de bien vous hydrater.
Pierre

 
Actualité N° 3 Postée le 19 juin 2019

J-39 Ca continue !!

Bonjour,

Merci à tous pour votre support !! Cela me donne une motivation essentielle dans la préparation. Ce week end, j’ai poursuivi l’entrainement avec le trail de Samoens (33 kms et 2200 m de dénivelé).
A la clé, une bonne séance d’un peu plus de 5h d’effort, pas de blessure et un parcours vraiment sympa. 

Les semaines qui arrivent vont être rudes. L’objectif est de 100 kms cette semaine, 120 kms la semaine prochaine et 130 kms celle d’après. Je ne vais pas m’ennuyer !! Après, un peu de repos et puis … la course. Départ de la course dans 39 jours !! Ca approche à grands pas.

A très bientôt,
Pierre

Actualité N° 2 Postée le 10 juin 2019

J-48 Préparation du sac et Interview

Bonjour à tous, grâce à vous la saison de trail s’annonce exceptionnelle ! Vous êtes déjà 19 supporters à soutenir notre projet ! Un grand merci à tous ! 

Nous sommes désormais à 46% de l’objectif.

Côté préparation, les entraînements s’enchaînent bien. J’ai réalisé les 110 kms de la semaine. La semaine qui arrive sera un peu plus calme avec 60 kms pour objectif mais surtout le trail de Samoens (33 kms avec 2200 m de dénivelé). Ca va me préparer pour les montées de Gobi 🙂

Concernant les visas, tout est bon: Chine et Mongolie… et le sac, j’ai commencé à emballer l’alimentation de la semaine de la course (voir la photo ci dessous). Je sens que je vais me régaler: lol !!

Enfin, une video avec une interview sur le site Fosburit:

LE COURS-CIRCUIT #2 : Pierre Delaleau

LE COURS-CIRCUIT #2 : Pierre Delaleau dans son projet "Gobi March 2019 pour une école en Ouganda !" 👇https://www.fosburit.com/projets/projet/gobi-march-2019-pour-une-ecole-en-ouganda/

Publiée par Fosburit sur Mercredi 5 juin 2019

Merci à nouveau à Alice pour la réalisation!

A très bientôt et que l’aventure continue,
Sportivement,
Pierre

Actualité N° 1 Postée le 31 mai 2019

Actualités sur la préparation

Bonjour à tous,

mon projet ne cesse de grandir et vous êtes de plus en plus nombreux à prendre part à mon aventure. Merci à mes supporters !

De mon côté, je continuer à repousser chaque jour un peu plus mes limites pour réaliser la meilleure performance possible ! Vos soutiens mes donnent des ailes ! Nous avons atteint ensemble la barre des 27%, et nous irons encore plus loin !

Au niveau de la préparation, j’ai déjà parcouru plus de 380 kms ce mois-ci, sans grande douleur. Pourvu que cela dure. Les visas sont quasiment prêts: Mogolie, c’est fait, Chine, c’est en cours.
De plus, j’ai reçu de la part de l’organisation de la course les patchs à poser sur la tenue. Je vous laisse apprécier ci dessous. Il faut maintenant que j’aille faire de la couture !!

Côté Promotion, je vous laisse aussi apprécier la vidéo réalisée par Fosburit: 
https://www.facebook.com/fosburit/videos/687487271667851/
Merci Alice pour ton aide !

Je vous attends encore nombreux dans cette aventure participative et collective! https://www.fosburit.com/…/objectif-kaem-2017-extreme-mara…/