Samuel, publié le 20/07/2016

Avec un projet fraîchement financé le 8 juillet dernier, il est temps de revenir sur la campagne tennis qui a battu les records du crowdfunding dans la discipline. Plus de 20 000 euros ont été récoltés pour le Cercle Athlétique de Montrouge qui pourra lancer la rénovation de la zone du court 13. Retour sur la campagne avec Alain Kronenberger, président du CAM ! 

Pouvez-vous nous présenter le Cercle Athlétique de Montrouge ?

Le CAM est un club omnisport existant depuis 1921, qui comprend une section tennis et une section hockey sur gazon. Il y a environ 1250 sociétaires tennis et 250 adhérents sociétaires hockey, avec à la fois des jeunes, des familles. Nous avons surtout deux grosses écoles de formation réputées en tennis et hockey.

Comment est née la volonté de lancer ce projet sur Fosburit ?

Nous avons 17 courts de tennis (6 couverts et 11 extérieurs). L’hiver, 5 terrains sont couverts par des bulles, ce qui amène à 11 la capacité hivernale de terrains couverts. 16 terrains sont en terre battue ; le dernier est une surface en résine qui avait servi pendant une quarantaine d’années pour le tennis et le hockey en salle. Cette surface a vieilli et c’est une zone qui est désormais moins utilisée.

La question de l’utilisation du court 13 s’est posée et nous avons imaginé un projet autour d’une zone d’animation multisports. Basée essentiellement sur le terrain de tennis, cette réfection sera accompagnée de 2 terrains de mini tennis, d’un terrain de pétanque afin de faire de cet endroit un havre d’animation pour les enfants et les familles du club.

Nous souhaiterions également associer d’autres activités telles que la danse ou le gfitness sur le terrain en dur, mais en faire aussi un endroit d’accueil culturel puisqu’il y aura une partie de la décoration murale qui sera faite par des street artistes.

crowdfunding_tennis_cercle_atlhetique_montrouge

 

La zone du court 13

Est-ce que la campagne de crowdfunding vous a permis de rassembler des personnes externes au club ?

En accord avec vous, nous avons élargi notre premier cercle en s’adressant à l’ensemble des sociétaires du club. Nous avons également contacté les anciens membres du CAM des sections hockey et tennis. Par ailleurs, nous avons effectué des actions spécifiques en allant afficher chez les commerçants de Montrouge et en sollicitant le service communication de la ville. En ce sens, nous avons également touché des personnes extérieures au club qui ont participé au projet.

Un objectif atteint à 207%, plus de 20 000 euros, «Une chance pour le court 13» bat tous les records crowdfunding du tennis français ! Comment avez-vous mené cette campagne ?

Nous avons été très pro-actifs et réactifs. Par vos conseils et nos idées, nous avons fait beaucoup de relances, nous avons nourri les actualités de la campagne de crowdfunding sur notre fiche projet. Nous avons vraiment eu le souci de relancer en interne mais également en externe, ce qui s’est avéré efficace puisque l’impact des relances fut très positif en terme de contributions. 

Maintenant ce succès ne peut être garanti que si l’on assure le travail de contreparties, d’inauguration. C’est pour cela que nous souhaitons créer un club des donateurs.

Si un club voisin avait des besoins en financement, conseilleriez-vous la solution crowdfunding ?

C’est une expérience très positive et fédératrice. C’est un facteur de rassemblement des différentes couches de sociétaires du club mais également vers l’extérieur autour d’un projet qui met en oeuvre un esprit de solidarité. Si cette campagne peut servir d’exemple pour d’autres clubs, nous en serons ravis.

Samuel, publié le 20/07/2016